Booking.com

Les Enseignements d’un Vieux Sac à Dos de Randonnée des Années 70 : Que Nous Apprennent-ils ?

Hey ! Avant de plonger dans l'article, voici quelques super sorties 🎉 à expérimenter lors de votre prochain voyage qui devraient vous plaire 😊 !
Allons-y ! 🚀

Il n’y a rien de plus indispensable à un voyage sac à dos réussi qu’un bon sac à dos, cela semble évident non ? Eh bien, j’ai dû apprendre cela à la dure lorsque j’ai commencé à faire de la randonnée il y a quelques années. L’idée de passer des journées dans les bois, de s’évader dans la nature, semblait être une grande aventure. Cependant, à l’adolescence, l’idée d’acheter tout l’équipement coûteux dont j’avais besoin était une perspective effrayante et un énorme obstacle pour sortir. Aucun jeune de seize ans n’a cent dollars pour acheter des bottes de randonnée. J’ai dû trouver un autre moyen d’obtenir tout ce dont j’avais besoin.

Heureusement, ma mère m’a inculqué l’amour des friperies dès mon plus jeune âge. J’ai commencé à acheter tout ce dont j’avais besoin d’occasion. Tout ce que j’ai acheté devrait coûter dix dollars ou moins pour répondre à mes normes exigeantes. C’étaient aussi des produits plutôt sympas, comme des bottes de randonnée qui laissaient d’étranges marques brunes sur mes chaussettes après les avoir enlevées, des chemises de sport avec des taches de sueur partout sur le sol et une veste à carreaux rouge vif que l’on pouvait voir de l’espace. Inutile de dire que j’étais la fashionista sur la piste, de loin le gars le mieux préparé dans les bois.

Cependant, mon sac à dos était de loin la meilleure et la pire chose que j’ai achetée pour mes aventures. J’ai toujours entendu dire qu’il était essentiel que votre colis soit de haute qualité. N’épargnant aucune dépense et dépensé sept dollars pour le mien. J’étais ravie de le retrouver, mon nouveau compagnon de voyage, celui que j’aurai pour toujours. C’était une beauté, un sac de catalogue Sears rectangulaire géant jaune d’une quarantaine d’années avec deux barres de métal dépassant à l’arrière. Pas de coussins ou de confort à voir, juste deux sangles et un fin dossier en polystyrène attaché aux barres.

J’en étais amoureux, le sac semblait représenter tout ce que je romantise sur l’aventure en plein air. Cela me ressemblait à quelque chose que les explorateurs des années 1800 porteraient, cartographiant l’Arctique ou plongeant profondément dans la jungle. J’imaginais tous les beaux voyages que je ferais avec lui en territoire inexploré.

Découvrir de nouveaux horizons :  Explorez les merveilles de l'Australie : Le guide de voyage ultime !

Bien sûr, j’ai fait tout ce fantasme avant d’utiliser le sac. Quand le jour est venu de la mettre à l’épreuve, tout mon respect pour elle a commencé à se dissoudre. J’étais extrêmement excité de commencer mon premier voyage en sac à dos. C’était à huit milles modestes de ma destination. J’étais confiant dans ma capacité à y arriver sans transpirer, je n’étais pas du tout inquiet pour notre voyage. Remplir mon nouveau sac avec peut-être trente livres de trucs divers. Je n’avais pas besoin de tous, mais je voulais prouver mes compétences et impressionner ma copine qui venait avec son colis.

C’était ma première erreur, je ne suis pas un gros gars et honnêtement, trente livres, c’est probablement trop pour moi, même avec un grand sac à dos. Alors, après avoir rempli à ras bord mon sac jaune fluo de bric-à-brac, je procède à son épaule dans la voiture. Pendant tout ce temps, soit dit en passant, je n’ai jamais essayé de porter un sac à dos lourd. Je n’allais pas essayer avant d’aller au parc.

C’était ma deuxième erreur. J’ai ouvert le coffre quand nous sommes arrivés et j’ai essayé le sac. J’ai su au moment où j’ai mis mon sac que les huit prochains kilomètres allaient être douloureux. Le sac était terrible pour le confort. Les barres de métal s’enfonçaient dans mon dos et les sangles s’enfonçaient dans mes épaules, me traînant au sol. Ce n’était pas l’expérience merveilleuse à laquelle je m’attendais. J’ai informé ma petite amie de ma situation et elle a commencé à rire hystériquement car elle m’avait dit tout le temps là-bas que le sac à dos allait me tuer. Cependant, je n’allais pas renoncer à mon forfait de sept dollars pour l’instant. Je me suis dit que peut-être que si je m’y mettais et que je marchais un peu, le soulagement viendrait. Nous avons donc commencé la piste.

Découvrir de nouveaux horizons :  Explorons Solvang, le joyau californien !

Mes épaules ont commencé à vraiment me faire mal au deuxième kilomètre. L’amour que j’avais pour ce sac s’estompait et la déception s’accumulait. J’ai ajusté les sangles en les serrant et en les desserrant un million de fois dans une vaine tentative de faire fonctionner le sac. J’étais convaincu qu’il y avait une combinaison secrète de pression de la ceinture et de placement des épaules qui ferait fonctionner ce sac. Mais mes efforts ont été vains, le sac était de loin la chose la plus inconfortable que j’aie jamais portée.

Il restait encore quelques kilomètres à parcourir et mon sac à dos essayait de me tuer. Je n’étais pas sûr de ce que j’allais faire. Alors j’ai fait ce que ferait n’importe quel dur à cuire qui se respecte et j’ai donné la moitié de tout ce que j’avais dans mon sac à ma copine. Tout le poids est allé dans son beau nouveau sac. Elle appréciait mon inconfort tout le temps et trouvait mes tentatives pour le réparer amusantes. J’aurais vraiment dû l’écouter en premier lieu quand il m’a dit que mon précieux sac ne fonctionnerait pas pour une vraie randonnée. Nous avons finalement atteint notre camping à mon plus grand plaisir. J’ai continué à m’allonger dans notre hamac en me remettant de mes blessures de combat pour le reste de la journée.

Je regrette de dire que j’ai fini par mettre mon précieux sac de randonnée des années 70 dans le placard, pour ne plus jamais être revu. Même si je l’apprécierai toujours pour son esthétique. Après ce voyage, j’ai commencé à utiliser un nouveau sac pour chaque randonnée que j’ai faite. Mon expérience s’est avérée bien meilleure. S’il y a une leçon que je peux vous apprendre à partir de cet article, c’est celle-ci : ne faites jamais de compromis sur un sac à dos de randonnée. Vous ne regretterez pas de dépenser un centime pour un sac à dos qui vous va bien et qui est confortable pour 10 miles.

Fabrice

8 réflexions au sujet de “Les Enseignements d’un Vieux Sac à Dos de Randonnée des Années 70 : Que Nous Apprennent-ils ?”

  1. Je ne suis pas convaincu par les leçons du vieux sac à dos des années 70. Qui sait ce quil a vraiment vu?! 🤔

    Répondre
  2. Je trouve fascinant comment un simple sac à dos peut nous enseigner tant de choses sur la simplicité et lendurance. Quen pensez-vous?

    Répondre
  3. Mais sérieusement, qui aurait cru quun vieux sac à dos des années 70 aurait autant de leçons à nous donner ? La vie est pleine de surprises !

    Répondre
  4. Je trouve que cet article sur les enseignements dun vieux sac à dos est super intéressant! On devrait tous en apprendre davantage de nos objets du quotidien.

    Répondre
  5. Je trouve que les vieux sacs à dos ont un charme unique et une histoire à raconter. Qui est avec moi? 🎒✨

    Répondre
  6. Je pense que les sacs à dos vintage ont un charme unique qui peut nous apprendre beaucoup sur la durabilité et le style intemporel.

    Répondre
  7. Franchement, je ne suis pas sûre que les vieilles pratiques de randonnée des années 70 soient toujours pertinentes aujourdhui. Et vous, quen pensez-vous?

    Répondre
  8. Je pense que les sacs à dos des années 70 ont un style intemporel et une durabilité inégalée. Qui est avec moi? 🎒✨

    Répondre

Laisser un commentaire