Deux semaines par an – Nos parcs nationaux valent la peine d’être défendus

Je suis resté éveillé très tard la nuit dernière à y penser sans raison apparente autre que ce que je pensais être mon énergie nerveuse provenant de cet Americano qui était peut-être trop fort. Je me suis juste assis là, les yeux troubles (est-ce un mot?) allongé dans mon lit en pensant “mec, deux semaines par an, quelle farce”. J’ai essayé de plonger et de voir ce que je ressentais et ce que je vivais, mais rien d’autre que “Deux semaines par an” ne résonnait dans ma tête. Sans vacances.

Je ne pouvais pas m’empêcher de penser.

Je suis juste resté au lit, avec mon esprit avide “Deux semaines par an”. Je me sentais devenir de moins en moins anxieux et en colère en même temps.

J’ai commencé à penser aux deux semaines par an dont je me souvenais. Je suis retourné à mon enfance pendant environ deux semaines que je ne pourrais jamais oublier. “Deux semaines par an” que notre famille partait en vacances.

Ce sont ces deux semaines dont je pense que mon corps a besoin. Ce sont ces deux semaines que je continue à prendre à ce jour, près de 36 ans après ma première expérience des vacances typiques de deux semaines de 2,5 enfants, dont on a tant rêvé.

Ces deux semaines par an m’ont défini. Ces deux semaines par an remplissaient ma tête de joie, de bonheur et de chagrin. Tristesse que cela ne durerait que deux semaines et bonheur que je sentais que j’étais sûr d’avoir encore deux semaines à l’avenir.

Qu’y a-t-il dans ces deux semaines qui les ont rendues si spéciales pour moi ? Était-il temps de créer des liens avec mes trois frères et mes parents ? Bien sûr… mais ce ne sont pas ces souvenirs qui me remplissent l’estomac d’anticipation et de peur.

Était-ce le sentiment d’être sur la route et de se diriger vers l’inconnu ? Mon cœur crie oui alors que je mets ces mots à partager. Mon estomac se tord encore plus rien que d’y penser.

Qu’est-ce que ça fait d’être sur la route ? Aventure? Pourquoi cela me dérange-t-il et m’excite-t-il?

Je veux croire que c’est un lien que j’ai avec la nature qui me rend super spécial et unique, mais je sais que je ne suis pas le seul à rechercher cela. Les traits uniques que j’ai sont les blagues idiotes de mon père, un nez qui fait une déclaration et un problème de main qui fait de penser à tout cela (et de le taper) une frustration. (La maladie viking, bien sûr, n’est pas aussi cool qu’il n’y paraît !)

J’ai de vifs souvenirs de moi-même admirant Choco Canyon. Je peux me ramener au journal Rock. J’ai des visions de me tenir au bord du Grand Canyon. Je peux me voir dans les prairies Hermosa de la vallée de la rivière San Juans et Animas. Je peux sentir le charbon des trains que j’ai empruntés l’an dernier et il y a vingt ans. Je peux goûter le sel de la mer, la chaleur du désert et la netteté des montagnes. Mon corps brûle d’être libre et mes yeux se ferment en prévision des souvenirs qui me consumeront.

Deux semaines par an. Pourquoi seulement deux ?

Qu’avons-nous décidé qui a fait tant de la génération de mon père, et de ma génération, ressentir que le rêve américain, les vacances américaines, ce road trip, cette escapade, ce voyage à la montagne que nous aimons tant ou le temps sur la plage que nous attendons n’est plus que dans deux semaines ? dans l’année ?

Dieu, deux semaines par an.

Es-tu encore en colère ? tu es fou? Avez-vous deux semaines de plus par an ?

Je me demande, est-ce que quelqu’un s’en soucie sauf moi? Suis-je une exception à la norme ? Ai-je de la chance de n’avoir que deux semaines par an ? Suis-je privilégié ?

Je veux dire au monde que je travaille dur pendant ces fichues deux semaines par an. Je veux dire que je suis fier de ces deux semaines par an. faire mon temps; Je me lève, vais au travail, rentre à la maison, rince et répète. N’importe quel. l’enfer Le jour.

Est-ce que ça vaut le coup? Parfois, ce n’est pas le cas, pas seulement pendant deux putains de semaines par an. Cela en vaut la peine pour ma famille, mes enfants et ceux qui comptent sur moi. Je ferais n’importe quoi pour ma famille, ma femme et mes belles filles. Tout.

C’est peut-être le sacrifice. C’est peut-être ça qui me fait peur. C’est peut-être ça qui me retourne l’estomac. Peut-être que ce n’est pas la peur de travailler toute l’année pendant les deux semaines redoutées, mais peut-être que c’est la peur de ce qui arrive à mes enfants. Peur pour mes filles.

Pourquoi ai-je ce sentiment nauséabond que je pourrais être la fin de la lignée Two Weeks a Year ?

Je suis inquiet.

Nous voici aujourd’hui, vivant dans une société avec miracle après miracle. Nous avons les merveilles de la technologie, les merveilles de la connexion humaine, les merveilles de la communication, les progrès de la médecine, qui nous font tous avancer et nous donnent de la force, du pouvoir et augmentent notre bien-être.

Aujourd’hui, je peux commander des courses sur mon téléphone et laisser entrer un inconnu au hasard dans ma maison avec une clé électronique de ma porte d’entrée. Puis-je me faire vacciner contre la grippe au travail pendant l’inscription ouverte ? Je peux taper des mots dans cet éditeur de texte qui sont surlignés et soulignés avec ma grammaire et mon orthographe terribles, me faisant savoir ce que je dois corriger pendant que j’essaie de ne pas me concentrer sur eux et de me souvenir de ce que j’écris.

Mais aujourd’hui est aussi un jour qui m’inquiète. C’est un jour où je crains que ces voyages en voiture, ces parcs, ces endroits, ces endroits uniques et spéciaux que je rêvais de voir pendant ces “deux semaines par an” soient en difficulté. Ils ont désespérément besoin d’ennuis. Ils luttent contre la privatisation. Ils sont en difficulté en raison d’un financement insuffisant, d’un manque de personnel, d’un manque d’entretien. Ils sont la cible de profits. Ils sont la cible de ces 50 autres semaines de l’année pour lesquelles nous frappons tous nos pneus dans l’espoir d’avoir quelque chose de spécial que nous pouvons faire pour nous-mêmes pendant seulement deux putains de semaines.

J’adore ces semaines. J’ai besoin de ces semaines.

Ne prenez pas mes putains de deux semaines et arrêtez-les. Ne prenez pas mes deux semaines et ne les rendez pas plus chères. Ne prenez pas mes putains de deux semaines et mettez-y de l’exploration minière, pétrolière et énergétique. CE N’EST PAS NÉCESSAIRE. Nous avons, entre nos mains, la technologie même, la raison même, le désir de nous donner mutuellement ce dont nous avons besoin pour avoir des emplois, pour avoir des carrières et pour avoir notre bien-être. Nos parcs devraient être là pour maintenir cela, pas pour récolter des bénéfices à court terme.

Ce dont nous avons besoin, ce sont nos parcs nationaux. Nous avons besoin de nos terres naturelles. Nous avons besoin de nos endroits pour nous échapper. Nous avons besoin des parcs. Nous avons besoin du plein air, et nous avons besoin qu’ils soient l’évasion dont chaque être humain a envie.

Nos parcs, ils sont notre gagne-pain. Que vous viviez dans une grande ville, partout dans le monde nous sommes à la campagne, ils sont à vous et à moi. Ils nous donnent force, évasion, beauté, solitude et tout le reste.

Ils sont nous; nous sommes eux. Ils nous donnent deux semaines; nous leur donnons 50.

Ils méritent notre protection. Notre admiration. Nos souvenirs. C’est à nous de les protéger. Que nous épargnons pour notre génération, la génération de mon enfant et la génération de mon petit-enfant.

Les parcs nationaux sont la meilleure idée de l’Amérique, et vous savez quoi, peut-être que ces putains de deux semaines le sont aussi. Finançons-les, préservons-les et faisons ce qui est juste pour l’humanité. Faisons en sorte que nos enfants aient leurs deux semaines par an

Laisser un commentaire